Le business chauffeur

Comme très souvent dans un secteur en croissance, il y a des tendances excessives qui sont par la suite corrigées naturellement. C’est le cas pour le secteur du VTC qui après un engouement extraordinairepour l’utilisation des applications chauffeurs, a été l’objet de beaucoup de critiques et nous assistons aujourd’hui à un retour vers une utilisation raisonnable de ces nouveaux acteurs du digital.

L’équilibre du chauffeur VTC

Chauffeurs et clients sont aujourd’hui bien conscients des limites des applications. Pour les premiers il s’agit d’une rentabilité de plus en plus difficile à obtenir sans aligner les très longues journées de travail. Pour les clients, la baisse objective du service et de la qualité générale qui ont accompagnés les baisses de tarifs ont rétablit un équilibre vers la demande taxi.

Beaucoup de chauffeurs l’ont compris : vivre à 100% des applications chauffeurs n’est pas une situation de long terme. Il est aujourd’hui illusoire de penser que l’on peut développer une activité de transport de personnes en restant dépendant exclusivement des applications de chauffeurs. Ces nouveaux outils à la disposition des conducteurs pro sont extraordinaires et permettent de « booster » de manière incroyable un marché réel, mais ils ne peuvent apporter au chauffeur ce qui permet de durer dans le temps : la passion du métier fait de relations humaines et la rentabilité nécessaire.

L’esprit « business chauffeur »

Vendre un service de qualité est tellement plus valorisant que nous en avons fait le coeur de notre métier. Nous savons que la plus-part des chauffeurs que nous avons formés au métier de « business chauffeur » sont aujourd’hui encore en activité et qu’ils développent leur clientèle grâce à leur réseau constitué au fur et à mesure de leur croissance. C’est vrai, que beaucoup ont débuté en premier lieu par la collaboration avec les appli internet, mais tous, dans leur esprit, sont des « business chauffeurs ». C’est à dire que leur horizon n’est pas celui du 100% appli mais un horizon guidé par leur niveau de compétences acquis à l’issue d’une formation professionnelle sérieuse fondée sur des savoir faire et savoir être de haut niveau. Ils sont tous les jours à la recherche de clients à fidéliser et réussissent grâce à leurs aptitudes à créer un business personnel dont la rentabilité reste bien meilleure.

Vous l’aurez compris, il n’y a pas de bon ou mauvais chauffeur VTC. Mais il y à bien deux axes de réponse possibles à apporter à la question « pourquoi devenir chauffeur vtc ». Toutes les aspirations sont respectables bien sûr, mais il est très important d’être honnête avec soit même afin d’éviter les déceptions rapides. Prenez le temps de la réflexion, afin de murir votre projet. Néanmoins n’oubliez pas que quel que soit votre choix, un métier… cela s’apprend, d’autant plus si vous êtes indépendant et seul responsable de votre activité !

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter nos pages dédiées de nos sites partenaires : comment devenir chauffeur VTC

A très bientôt.

Julien MASUYER.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *